Aïkijujutsu - Koryubudoseifukaï

Aller au contenu

Menu principal

Aïkijujutsu

Les Disciplines


Histoire de la Seïfukaï Daïto Ryu Aïkijujutsu.

Le Daïto Ryu Aïkijujutsu  大東流合気柔術 est une des écoles les plus importantes de la tradition
japonaise et un exemple de « ko ryu » école ancienne.  Au cours des siècles passés cette école
à portée différents  dénominations, à savoir « Oshiki ryu,O-tome bujitsu, Aïki in yo ho » la fonda
-tion de cette école, est à rechercher pendant la période Heian, « 796-1185 », époque qui vis
l’émergence de  la classe des Samuraïs. Même si certaines légendes donnent comme figure fon
-damental de cette école, le Prince Sadazumi, sixième fils de l’empereur Saiwa qui vécut au IX
siècle et chef de file du clan Minamoto, les sources les plus crédibles, donne la naissance de cet
art, entre, 1082 et 1087 par Minamoto Yoshimitsu Shinra Saburo, frère du plus fameux Minamoto
Yoshié, aux côtés duquel il combattu au siège du château de Kanazawa, entre 1082 et 1083.

Yoshimitsu Shinra Saburo, eu la possibilité pendant cette bataille, de faire des études sur
le corps humain en disséquant les cadavres des guerriers tombés lors de ce siège. En observant
le fonctionnement des articulations, ainsi que l’anatomie du corps, il pût créer des techniques
appropriées et créer un système de combat propre à son clan, il codifia ainsi des techniques pour
les armes et à mains nues. Son expérience fut transmise à son fils Yoshihiko, lequel s’établissant
dans le village de Takeda, le pris comme nom de famille, donnant naissance au clan des Takeda
et sa dynastie de samuraïs . C’est ainsi que l’ancien Daïto ryu fut transmis à l’intérieur du
clan durant les siècles suivants, il survécu à la défaite de la branche principale de la famille, après
la catastrophique succession deTakeda Shingen par son fils Takeda Katsuyori, celui-ci en quelque
années, 1573-1582, amena la famille au désastre, par son incompétence.
Après la chute de la branche principale du clan Takeda, le neveu, Takeda Kunitsugu qui par
volonté de son oncle, Takeda Shingen, été devenus vassal auprès du Daymio d’Aizu, le Daïto Ryu
devint pendant des siècles une des écoles secrètes qui était enseignée aux Hatamoto « les porte
-drapeau » ou intendants du clan Takeda au service du shogun Tokugawa.

La défaite du clan Aizu lors de de l’affrontement avec le gouvernement Meiji pour empêcher la
chute du Bakufu des Tokugawa en 1868, fit sortir de l’ombre, les techniques qui étaient restées
secrètes pendant des siècles. Saïgo Tanomo, élève directe de Takeda Saemon, à la défaite du clan
Aizu transmis au neveu de son ancien seigneur l’art apprise. Ce jeune élève s’appelait, Takeda
Sokaku et il lui revient le mérite d’avoir rendu accessible cet art au publique, et dans le monde entier.
Takeda Sokaku, personnage particulier et au caractère dur, voyagea dans tout le japon dans
la première partie du xx siècle, instruisant et formant ainsi,  plusieurs élèves, parmi lesquels un
certain Morihei Ueshiba, qui développa plus tard l’aïkido à partir du Daïto ryu aïkijujutsu.

Aujourd’hui, le Daïto Ryu Aïkijujutsu ou Aïkibudo selon certaines organisations, s’est fragmenté
en différentes branches, chacune des quelles ayant comme source les différents élèves de Takeda
Sokaku.


La particularité de la Seïfukaï Dayto Ryu Aïkijujutsu 正風会大東流合気柔術

Le Daïto ryu aïkijujutsu, appartenant à part entière à la famille des écoles de jujutsu, vient parfois
considéré à tort comme quelque chose de différent des autres arts martiaux, en réalité, c’est sa  
connotions « aïki » qui est un moyen d’entendre la pratique de cette forme ancienne de budo.
Son origine archaïque, nous ramène à la fonction qu’était la sienne: soit la confrontation selon la
logique du « yoroï kumi utchi » combat avec l’armure.

Aujourd’hui, différentes branches, dues aux élèves formés par Takeda Sokaku durant sa vie, coexistent,
donnant naissance ainsi a i différents courants et parfois des dénominations différentes. Dans la Ko
Ryu budo Seïfukaï
古流, Koryū武道正風会 ou, différentes écoles de différentes tendances se
côtoyaient,  c’est la tendance de la Seïfukaï Daïto ryu aïkijujutsu qui donne le programme technique,
faisant ainsi référence à l’enseignement de Minoru Mochizuki senseï (1907-2003). Héritier d’une longue
famille de samuraïs, Mochizuki Senseï, a été sans doute parmi les derniers grand maitre des arts martiaux
du siècle passé. Sa grande expérience martiale l’emmena à considérer, l’importance d’un model didac
-tique pour le Daïto Ryu Aïkijujutsu, mettant l’accent sur la raison de l’efficacité qui été de mise au
temps où la vie ou la mort en dépendait.


Aujourd’hui encore, nous conservons tout en bagage technique composé de, leviers sur les arti
-culations « kansetsu waza », des projections »nage waza », des étranglements « jimé waza », des im
-mobilisations « gatame-waza », des techniques en contre « kaeshi waza » et des percussions « atemi
waza », qui place cette école parmi les exemples les plus complets des écoles de combat à mains nues
de l’époque feodale. La relation du Daïto Ryu avec le sabre est à l’origine de la compréhension de l’art,
il est donc nécessaire d’avoir un enseignement de l’escrime japonaise. L’école de sabre originelle du
clan Takeda ayant été perdue, Mochizuki Senseï as emmené cette correspondance à l’étude du Tenshin
shoden Katori Shito ryu
無形文化財香取神道流, à l’exemple du style Ona ha Itto ryu, style que Takeda
Sokaku avait appris de Saïgo Tanomo.

Le choix de Mochizuki Senseï pour le Katori Shinto Ryu, s’est porté d’une part parce qu'il a étudié 8 dan,
d’autre part, il a pensé que c’était le plus proche de l’escrime de l’époque. Tout en enseignant des
formes de kata très anciens, Mochizuki Senseï, a mis l’accent particulièrement sur deux aspects prioritaires
pour l’étude des Ko ryu, à savoir, réalité et efficacité. En suivant cet enseignement venant de Maitre Luigi
Carniel en Suisse, grâce à son esprit, son caractère et à l’expérience directe qu’il a eu en côtoyant
Mochizuki Senseï pendant 25 ans, la Ko Ryu Budo Seïfukaï cherche à développer et à promouvoir la con
-naissance de cette école selon un des enseignements de Mochizuki Senseï, JITA KYO EI, donnez ce que
vous avez reçu.

Mochzuki  Senseï

-Né à Shizuoka le 7 avril 1907
-La famille Mochizuki part à Tokyo et place le jeune Mochizuki dans un dojo de judo
-En 1918 il entre au kendokan et as comme professeur Sambo senseï
-En 1924 il est un des dérniers à étudier le Gyokushin Ryu Jujutsu sous la direction d’un des sesderniers
 dépositaires, Oshima Sanjuro senseï, où il obtient le Kirishi Mokuroku.
-En 1927 il entre au Kodokan et deviens l’assistant de Kyuso Mifune senseï.

-En 1928 il obtient le 3ème dan et Jigoro Kano Senseï l’envoie étudier le Katori Shintô Ryu et le Daïto Ryu
 Aïkijujutsu, auprès de Ueshiba senseï alors assistant de Takeda Sokaku senseï. Il reçois en 1933 le Daïto
 Ryu Okuden Inka et en 1935 le Menkyo Kaïden
-En 1935 il fonde le Yoseïkan dojo a Shizuoka
-La guerre éclate et en 1938 il est nommé, préfet de la province de Salatchi en Mongolie Chinoise.
-En 1946 il rentre au Japon et rebâtis un nouveau Yoseïkan dojo.
-En 1951 il fait partie d’une délégation de l’Unesco et il voyage en Europe, où il enseignera, en France en
 Suisse et en Tunisie.

Les grades du Maître :

10 ème dan Meijin Daïto Ryu Aïkijujutsu
 9 ème dan Jujutsu du Kodokan
 8 ème dan Judo Kokusaï
 8 ème dan Tenshinn Shôden Katori Shintô Ryu
 7 ème dan Judo Kodokan
 7 ème dan Shindo Muso Ryu
 5 ème dan Karaté
 5 ème dan Jodo
 5 ème dan Kendo Zen Nihonkendo Renmeï




Retourner au contenu | Retourner au menu